Semper Reformanda
www.vbru.net/src/
Menu
Semper Reformanda Index du ForumIndex
FAQFAQ
FAQRangs
Liste des MembresListe des Membres
Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Se connecter pour vérifier ses messages privésMessages
ConnexionConnecté/Deconnecté

Qui est en ligne
Administrateur & Modérateur


Liens
Site Réformé Confessant
Livre d'or SRC
Chat SRC
-------------
Créez votre blogg
Votre album photos

Recherche rapide

Recherche avancée
Google

phpBB Group
Accordfraternelde l'Église Chrétienne catholique confessante
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Semper Reformanda Index du Forum -> Proposez vos articles !
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Athanasius

Invité





MessagePosté le: Jeu Nov 23, 2006 19:03    Sujet du message: Répondre en citant

Timothée a écrit:


Bon, on est trois, c'est vrai que c'est pas beaucoup... Cela dit, l'Accord est déjà une réalité par nous Idea


Moui, nous sommes l'Église:si deux ou trois se réunissent en mon nom...(Mt.XVIII/19-20) Idea
Revenir en haut de page
Augustinus

Consacré !


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 1298
Localisation: Patriarcat Virtuel

MessagePosté le: Jeu Déc 07, 2006 0:24    Sujet du message: Répondre en citant

Alain Rioux a écrit:
(...)Vous joindrez-vous à la grande réconciliation pro-testante amorcée à Charenton en 1631, sous les auspices de Pierre du Moulin?


Il ne faudrait pas oublier non plus la Concorde de Wittenberg (1535), où Bucer et Luther se sont réconciliés bien que Bucer ne reconnaissait pas la manducation des impies...
_________________
Chantez à l'Eternel, vous qui l'aimez,
Célébrez par vos louanges Sa Sainteté!
Car sa colère dure un instant,
mais sa grâce toute la vie;
le soir arrivent les pleurs,
et le matin l'allégresse.

Psaume XXX.5-6
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Ours Martin

Modérateur


Inscrit le: 16 Sep 2005
Messages: 289
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Déc 07, 2006 17:38    Sujet du message: Répondre en citant

Alain Rioux a écrit:
En tous cas, on se se presse pas à la porte pour donner son avis:aurait-on honte de la division injustifiée de l'Église pro-testante? Sont-ce des motifs pécuniers qui musèlent ceux qui devraient parler?


Ca, c'est sûr, il y a un tel fromage à manger lorsqu'on s'engage dans les milieux confessants qu ce doit être l'explication!! Sérieusement, vous savez combien gagnent les pasteurs ERE ou ceux du SFB (pour ceux qui ne sont pas obligés de travailler à côté de leur ministère Crying or Very sad )?

Le problème de cette fort belle déclaration est qu'elle a la prétention de porter sur la communion de chaire et d'autel, qui ne peut être décrétée que par des églises doctrinalement unies, alors que l'appel est fait à des individus sans pouvoir sur la question

Du point de vue luthérien, on se réjouira de l'inclusion dans l'appel de la CA et du Petit Catéchisme, mais n'oubliez pas que le luthéranisme confessant se réfère à l'ENSEMBLE du Livre de Concorde; voilà le problème...

Je vous recommande la lecture de la Déclaration de Cambridge, et je souhaite qu'un document analogue puisse étre rédigé comme base d'une Association du Protestantisme Confessant Francophone qui regrouperait des chrétiens fidèles à l'héritage de la Réforme dans sa diversité et soucieux d'éviter tout unionisme prématuré.

Déclaration de Cambridge
Alliance des Evangéliques Confessants
Cambridge, Massachusetts (USA), le 20 avril 1996

Traduction Frank HORTON
Aujourd'hui les églises évangéliques sont de plus en plus dominées par l'esprit du siècle plutôt que par l'Esprit du Christ. En tant qu'évangéliques nous nous appelons à nous repentir de ce péché et à recouvrer la foi historique chrétienne.

Au cours de l'histoire, les mots changent de sens. A l'heure actuelle c'est ce qui est arrivé au mot "évangélique". Par le passé il servait de lien d'unité entre chrétiens venant d'une grande diversité de traditions ecclésiastiques. Etre évangélique, c'était confesser sa foi. Etre évangélique, c'était adhérer aux vérités essentielles du christianisme telles qu'elles avaient été définies par les grands conciles œcuméniques de l'Eglise. De plus, les évangéliques partageaient en héritage commun les "sola" de la Réforme protestante du 16e siècle.

Aujourd'hui la lumière de la Réforme a été affaiblie d'une manière significative. En conséquence, le mot "évangélique" est devenu tellement inclusif qu'il a perdu sa signification. Nous sonmes confrontés au danger de perdre l'unité forgée pendant des siècles. En tenant compte de cette crise, et à cause de notre amour pour le Christ, pour son évangile et pour l'Eglise, nous nous efforçons d'affirmer tout à nouveau notre adhésion aux vérités centrales de la Réforme telles qu'elles ont été confessées historiquement par les évangéliques. Nous affirmons ces vérités, non pas à cause de leur rôle dans nos traditions, mais parce que nous croyons qu'elles sont centrales à la Bible.

I. Sola Scriptura: L'érosion de l'autorité
L'Ecriture seule est la règle inhérente de la vie de l'Eglise, et pourtant l'église évangélique à l'heure actuelle a séparé l'Ecriture de sa fonction d'autorité. Dans sa pratique, l'Eglise se laisse diriger trop souvent par la culture ambiante. Techniques thérapeutiques, stratégies de marketing, rythme du monde des divertissements: tout cela correspond beaucoup plus à ce que l'Eglise désire, à sa manière de fonctionner, et à ce qu'elle offre, que ne le fait la Parole de Dieu. Nombre de pasteurs ont négligé le contrôle légitime qu'ils doivent exercer sur l'adoration, y compris sur la substance doctrinale de la musique. Au fur et à mesure qu'on a abandonné dans la pratique l'autorité biblique, que ses vérités ont disparu de la pensée chrétienne, et que ses doctrines ont perdu leur pointe, l'Eglise a été progressivement dépouillée de son intégrité, de son autorité morale et de son orientation.

Plutôt que d'adapter la foi chrétienne pour la faire correspondre et satisfaire aux besoins ressentis par les consommateurs, nous devons proclamer la loi comme l'unique mesure de la justice véritable, et l'évangile comme l'unique annonce de la vérité salvatrice. La vérité biblique est indispensable à la compréhension de l'Eglise, à son édification et à sa discipline.

L'Ecriture doit nous porter; au delà de nos besoins ressentis jusqu'à nos besoins réels, et nous libérer de l'habitude que nous avons de nous voir au travers des images séduisantes, des clichés, des promesses et des priorités d'une culture de masse. C'est seulement à la lumière de la vérité de Dieu que nous sommes rendus capables de nous comprendre et de voir comment Dieu a pourvu à nos besoins. Il est donc indispensable de prêcher et d'enseigner la Bible dans l'église. Les sermons doivent être une exposition de la Bible et de ses enseignements, et non pas l'expression des opinions du prédicateur ou des idées courantes de l'époque. Nous ne devons accepter rien de moins que ce que Dieu a donné.

L'œuvre du Saint-Esprit dans l'expérience ne saurait être dissociée de l'Ecriture. L'Esprit ne parle pas selon des moyens qui seraient indépendants de l'Ecriture. Séparés de l'Ecriture, nous n'aurions jamais connu la grâce de Dieu en Christ. C'est la parole biblique, et non pas l'expérience spirituelle, qui est le critère de la vérité.

Première thèse: Sola Scriptura
Nous réaffirmons l'Ecriture inerrante comme unique source de la révélation divine écrite, qui seule peut lier notre conscience. La Bible seule enseigne tout ce qui est nécessaire pour notre salut (et délivrance) du péché, et constitue la règle selon laquelle tout comportement chrétien doit être mesuré.

Nous déclarons qu'aucun credo, concile ou individu ne peut lier la conscience du chrétien, que l'Esprit Saint ne parle jamais indépendamment de ou contrairement à ce qui est présenté dans la Bible, et que l'expérience personnelle spirituelle ne peut jamais être un véhicule de la révélation.


II. Solus Christus: L'érosion d'une foi centrée sur le Christ
Au fur et à mesure que la foi évangélique s'est conformée à l'esprit du siècle, ses intérêts se sont confondus avec ceux de la culture ambiante. Les résultats ont été, d'abord, une perte des valeurs absolues et l' émergence d'un individualisme permissif; la guérison s'est substituée à la sainteté, le rétablissement à la repentance, l'intuition à la vérité, la sensation à foi, le hasard à la providence, et gratification immédiate à l'espérance persévérante. Le Christ et sa croix ont été déplacés du centre de nos préoccupations.

Deuxième thèse: Solus Christus
Nous réaffirmons que notre salut est accompli par le Christ historique seul grâce à son œuvre de médiateur. Sa vie sans péché et l'expiation comme substitut à notre place seules suffisent pour notre justification et notre réconciliation avec le Père.

Nous déclarons que l'Evangile n'est pas prêché si l'on ne déclare pas l'œuvre expiatoire du Christ et si l'on ne sollicite pas la foi en Christ et en son œuvre.

III. Sola Gratia: L'érosion de l'Evangile
La confiance injustifiée dans la capacité de l'homme est un produit de la nature humaine déchue. Cette fausse confiance remplit maintenant le monde évangélique - à partir de l'évangile de l'estime de soi jusqu'à l'évangile de la santé et de la richesse; à partir de ceux qui ont transformé l'Evangile en un produit à vendre et les pécheurs en des consommateurs qui désirent acheter, jusqu'à d'autres qui considèrent que la foi chrétienne est vraie parce qu'elle est efficace. Tous "ces dérapages" réduisent au silence la doctrine de la justification, quels que soient les engagements officiels de nos églises.

La grâce de Dieu en Christ est non seulement nécessaire, mais reste la seule cause efficace du salut. Nous confessons que les êtres humains naissent morts sur le plan spirituel et sont incapables de collaborer avec la grâce qui régénère.

Troisième thèse: Sola Gratia
Nous réaffirmons que par le salut nous sommes délivrés de la colère de Dieu, et cela par sa grâce seule. C'est l'œuvre surnaturelle du Saint-Esprit que de nous conduire au Christ en nous libérant de notre esclavage au péché et en nous ressuscitant de la mort spirituelle à la vie spirituelle.

Nous déclarons que le salut n'est en aucun sens une œuvre humaine. Les méthodes, techniques et stratégies humaines ne peuvent, par elles-mêmes, accomplir cette transformation. La foi ne peut être produite par notre nature humaine non-régénérée.

IV. Sola Fide: L'érosion de l'article principal
La justification est par la grâce seule au travers de la foi seule à cause du Christ seul. Il s'agit là de l'article par lequel l'Eglise tient debout ou s'écroule. Aujourd'hui nombre de responsables, savants et pasteurs qui prétendent être évangéliques négligent, déforment, voire parfois nient cet article. Bien que la nature humaine déchue ait toujours refusé d'admettre la nécessité de la justice de Christ imputée, la pensée moderne alimente peu à peu ce mécontentement à l'encontre de l'Evangile biblique. Nous avons permis à ce mécontentement de dicter la forme de notre ministère et le contenu de notre prédication.

Nombre de ceux qui sont dans le mouvement pour la croissance de l'Eglise croient que la compréhension sociologique des participants au culte est tout aussi importante pour le succès de l'Evangile que la proclamation de la vérité biblique. Par conséquent, les convictions théologiques sont souvent divorcées d'avec l'œuvre du ministère. L'orientation vers le marketing dans beaucoup d'églises va encore plus loin, pour effacer la distinction entre la Parole biblique et le monde, priver la croix de Christ de son aspect choquant, et réduire la foi chrétienne à des principes et des méthodes qui assurent le succès des corporations mondaines.

Tout en prétendant croire à la théologie de la Croix, ces mouvements en réalité la vident de sa substance. Il n'y a pas d'autre évangile que celui de la substitution du Christ à notre place, grâce à laquelle Dieu lui a imputé notre péché et nous a imputé sa justice. C'est parce qu'il a enduré notre jugement que nous pouvons maintenant marcher dans sa grâce, assurés pour toujours de son pardon, acceptés et adoptés comme enfants de Dieu. Il n'y a pas d'autre fondement pour notre acceptation devant Dieu que l'œuvre salvatrice du Christ... pas même notre patriotisme, notre dévouement ou notre rectitude morale. l'Evangile déclare ce que Dieu a fait pour nous en Christ, et nous dissuade de chercher à obtenir la faveur de Dieu par quelque autre voie que ce soit.

Quatrième thèse: Sola fide
Nous réaffirmons que la justification est par la grâce seule au travers de la foi seule grâce au Christ seul. Par la justification, la justice de Christ nous est imputée comme unique satisfaction possible de la justice parfaite de Dieu.

Nous déclarons que la justification ne repose sur aucun mérite qui nous soit propre, ni sur la base d'une infusion de la justice de Christ en nous par voie sacramentelle. Nous déclarons de même qu'une institution qui prétend être une église mais qui refuse ou condamne la sola fide ne peut être reconnue comme une église légitime.

V. Soli Deo Gloria: L'érosion d'une adoration centrée sur Dieu
Partout où, dans l'Eglise, l'autorité biblique a été perdue, le Christ a été déplacé, l'Evangile a été biaisé ou la foi pervertie, cela a toujours été pour une seule raison: nos intérêts ont remplacé ceux de Dieu et nous appliquons nos méthodes à l'accomplissement de son œuvre. Que Dieu ne soit plus au centre de la vie de l'Eglise aujourd'hui est un fait répandu et lamentable. C'est cette perte qui nous permet de transformer l'adoration en divertissement, la prédication de l'Evangile en marketing, la foi en une technique, l'éthique en appréciation agréable de nous-mêmes, et la fidélité en une quête du succès. En conséquence, Dieu, le Christ et la Bible ont perdu une grande partie de leur valeur à nos yeux et ne pèsent plus beaucoup pour nous.

Dieu n'existe pas pour satisfaire nos ambitions humaines, nos convoitises, notre appétit de consommation, ni même nos intérêts spirituels personnels. Nous devrions de nouveau centrer notre adoration sur Dieu lui-même, plutôt que sur la satisfaction de nos besoins personnels. Dieu reste souverain dans l'adoration, et non pas nous. Nos soucis devraient concerner le royaume de Dieu et non pas notre propre sphère, notre popularité ou notre succès.

Cinquième thèse: Soli Deo gloria
Nous réaffirmons que parce que le salut est de Dieu et a été accompli par lui, ce salut est pour la gloire de Dieu, et nous devons le glorifier, lui, toujours. Nous devons vivre notre vie entière devant sa face, sous son autorité et pour sa gloire seule.

Nous déclarons que nous ne pouvons pas glorifier Dieu convenablement si nous confondons l'adoration avec le divertissement, si nous négligeons la Loi ou l'Evangile dans notre prédication ou si nous permettons à la recherche de l'épanouissement de soi, l'estime de soi ou la réalisation de soi de devenir les options préférées de notre "évangile".

Conclusion
Un appel à la repentance et à la réformation
La fidélité de l'Eglise évangélique dans le passé contraste de façon marquante avec son infidélité actuelle. Au début de ce siècle, les églises évangéliques soutenaient un effort missionnaire remarquable et construisaient de nombreuses institutions religieuses au service de la vérité biblique et du royaume de Christ. C'était une époque où le comportement chrétien et son attente étaient tout à fait distincts de ceux de la culture. Aujourd'hui ils ne le sont souvent plus. Aujourd'hui le monde évangélique est en train de perdre sa fidélité à la Bible, sa boussole morale et son zèle missionnaire.

Nous nous repentons de notre mondanité. Nous sommes tombés sous l'influence des "évangiles" de notre culture sécularisée... qui ne sont pas des évangiles. Nous avons affaibli l'Eglise par notre manque de repentance sérieuse, notre aveuglement face aux péchés en nous-mêmes que, pourtant, nous voyons si clairement chez les autres, et notre échec inexcusable d'annoncer efficacement à d'autres l'œuvre salvatrice de Dieu en Jésus-Christ.

Nous appelons sincèrement les évangéliques égarés qui se sont écartés de la Parole de Dieu dans les domaines développés dans cette Déclaration. Nous y incluons ceux qui déclarent qu'il y a une espérance de vie éternelle en dehors d'une foi explicite en Jésus-Christ, qui prétendent que ceux qui rejettent le Christ dans cette vie sont annihilés plutôt que de subir le juste jugement de Dieu au travers d'une souffrance éternelle, ou qui affirment qu'évangéliques et catholiques romains sont un en Christ là même où la doctrine biblique de la justification n'est plus confessée.

L'Alliance des Evangéliques Confessants invite tout chrétien à envisager d'incorporer cette Déclaration dans l'adoration de l'église, comme dans son ministère, ses principes, sa vie et son œuvre d'évangélisation.

Pour la gloire de Christ.
Amen
_________________
L'Ecriture sainte toute entière, du début jusqu'à la fin, indique et montre uniquement le Christ.
Luther.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Athanasius

Invité





MessagePosté le: Jeu Déc 07, 2006 20:53    Sujet du message: Répondre en citant

Dallaeus a écrit:


Le problème de cette fort belle déclaration est qu'elle a la prétention de porter sur la communion de chaire et d'autel, qui ne peut être décrétée que par des églises doctrinalement unies, alors que l'appel est fait à des individus sans pouvoir sur la question

Du point de vue luthérien, on se réjouira de l'inclusion dans l'appel de la CA et du Petit Catéchisme, mais n'oubliez pas que le luthéranisme confessant se réfère à l'ENSEMBLE du Livre de Concorde; voilà le problème...



En premier lieu, tout chrétien, de par son sacerdoce universel, a le pouvoir et le devoir d'interpeller ses frères et, donc, l'Église à l'unité. Même C.A. 28 le reconnaît! Votre approche institutionnelle oublie les paroles du Christ à propos de la qualité de l'Église, telle que mentionnée, entre autre, en Mat18/19-20 et ICor3/10-17. Nous sommes donc trois chrétiens à reconnaître cet accord, nous sommes donc autorisés à appeler quiconque, communautés ou individus, à notre communion. L'appel est donc fait à tous, par des individus investis du baptême du Saint-Esprit. Ne pas le reconnaître revient à mépriser Dieu qui nous habite...

L'Accord fraternel est un compendium très bien ficelé, tout y a été choisi avec soin. Prenez la peine d'en lire les termes et les contenus confessionnels. Vous vous apercevrez que luthériens, réformés et tout pro-testant de bonne volonté peuvent y faire leur miel. Nous avons justement écartés certains textes, comme le Livre de concorde ou les canons de Dort, parce que superflus à notre propos et trop divisifs. Nous n'avons donc conservé que le strict nécessaire de la Foi, en prenant bien garde à ne pas froisser la sensibilité de quiconque. Il ne faut pas être attachés aux textes au point d'imposer des particularismes qui heurtent l'universalité du sacerdoce des fidèles...

Néanmoins, nous n'avons pas voulu, à l'inverse de la déclaration de Cambrige, nous encombrer d'une nouvelle confession, réellement sans fondement historique, tandis que notre accord ne fait que ramasser le témoignage constant du sacerdoce universel en ce qu'il a de plus précis, autorisé, historique, nécessaire et suffisant. Nos contenus confessionnels ont fait leurs preuves, scripturairement, dogmatiquement et ecclésialement, et il est donc inutile d'en rajouter....

Aussi, à moins de faire montre de mauvaise foi, nous ne comprenons pas pourquoi on ne se précipite pas pour adhérer à notre accord et rétablir, enfin, l'unité au sein de notre Foi Chrétienne catholique confessante.

Qu'en pensez-vous?


Dernière édition par Athanasius le Jeu Déc 07, 2006 22:36; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Augustinus

Consacré !


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 1298
Localisation: Patriarcat Virtuel

MessagePosté le: Jeu Déc 07, 2006 21:50    Sujet du message: Répondre en citant

Alain Rioux a écrit:
...

J'en pense que c'est vrai Idea
J'ajouterais ces deux remarques:

1) La Gallicana admet que les Réformes puissent ne pas toujours venir de l'institution (art. 31)

2) Si on tient cependant à ce que l'institution soit garante de l'Accord, nul n'est empéché de la soumettre à son Synode Mr. Green Wink
_________________
Chantez à l'Eternel, vous qui l'aimez,
Célébrez par vos louanges Sa Sainteté!
Car sa colère dure un instant,
mais sa grâce toute la vie;
le soir arrivent les pleurs,
et le matin l'allégresse.

Psaume XXX.5-6
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Ours Martin

Modérateur


Inscrit le: 16 Sep 2005
Messages: 289
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu Déc 07, 2006 22:02    Sujet du message: Répondre en citant

Timothée a écrit:
2) Si on tient cependant à ce que l'institution soit garante de l'Accord, nul n'est interdit de la soumettre à son Synode Mr. Green Wink


l'Eglise de Jésus-Christ, c'est quand même plus que "l'institution"!! Qu'est-ce que c'est que cet individualisme piétisto-libéral.
Rolling Eyes

Et sinon, on le présente à quelles unions d'églises ce texte?

A titre personnel, je me suis fait évêque de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg du Royaume de Patagonie (hommage à Jean Raspail, ce grand rêveur),...de ce côté là, ça pourrait encore passer. Pour les autres...
_________________
L'Ecriture sainte toute entière, du début jusqu'à la fin, indique et montre uniquement le Christ.
Luther.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Athanasius

Invité





MessagePosté le: Jeu Déc 07, 2006 22:07    Sujet du message: Répondre en citant

Dallaeus a écrit:
Timothée a écrit:
2) Si on tient cependant à ce que l'institution soit garante de l'Accord, nul n'est interdit de la soumettre à son Synode Mr. Green Wink


l'Eglise de Jésus-Christ, c'est quand même plus que "l'institution"!! Qu'est-ce que c'est que cet individualisme piétisto-libéral.
Rolling Eyes

Code:
Rien n'est moins individualiste que nous, puisque nous nous référons constamment à l'univeralité du sacerdoce: donc, en fait, à la cat-holicité de l'Église!...


Et sinon, on le présente à quelles unions d'églises ce texte?

Code:
S.F.B. et E.R.E.I. pour commencer. Ensuite, toutes les Églises de bonnes volonté!


Code:
C'est à cause de l'extrême détresse de l'Église, si divisée, que nous nous autorisons à l'interpeller à propos de l'unité. Avez-vous des objections?


Revenir en haut de page
Athanasius

Invité





MessagePosté le: Jeu Déc 07, 2006 22:46    Sujet du message: Répondre en citant

Dallaeus a écrit:
soucieux d'éviter tout unionisme prématuré.



En quoi notre accord pourrait-il souffrir de quelqu'unionisme que ce soit? Rolling Eyes
Revenir en haut de page
Augustinus

Consacré !


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 1298
Localisation: Patriarcat Virtuel

MessagePosté le: Ven Déc 08, 2006 12:20    Sujet du message: Répondre en citant

Nous avons parlé, à plusieurs reprises, de la Concorde de Wittenberg de 1536. Je pense que c'est un bel exemple, pour ne pas dire un beau précédent, dans l'union du pro-testantisme malgrès certaines divergences.

Un livre consacré à Martin Bucer relate les difficiles conditions dans lesquelles le Réformateur de Strasbourg a oeuvré, et comment s'est réalisé l'Accord avec les théologiens de Wittenberg.
Voici l'extrait:

Citation:

Dans les derniers jours d'avril, les Allemands du Sud se rendirent en plusieurs groupes à Eisenach. Bucer voyagea depuis Augsbourg en passant par Francfort. Mais Luther ne pouvait pas venir: durant ces mois, il était souvent malade. Ses calculs rénaux, qui le torturaient, s'accompagnaient d'insomnies et de sévères dépressions. Aussi, après s'être décidé rapidement, les Allemands du Sud se rendirent à cheval directement à Wittenberg. Ils y parvinrent le dimanche 21 mai 1536.
Le lundi matin, ils transmirent à Luther les lettres qu'il devait lire avant le début des négociations. L'après-midi, vers trois heures, le premier entretien eut lieu, dans la maison de Luther, l'ancien cloître augustin. L'atmosphère était glaciale. Luther s'en prit tout de suite à ses hôtes --et aussi, de manière expresse, à Bucer --, et souligna que l'on ne pouvait dialoguer de manière sensée que si les Allemands du Sud reniaient publiquement leur fausse conception de la Cène pour envisager que les impies recevaient vraiment dans leur bouche le corps et le sang du Christ.
Bucer fut manifestement décontenancé par cette entrée en matière. Capiton eut l'habileté de prendre la parole à sa place, et il commença à exposer la doctrine strasbourgeoise de la Cène. Cela permit à Bucer de retrouver sa loquacité; jusqu'à la fin des discussions, ce fut lui le porte-parole de la délégation d'Allemagne du Sud. Il répliqua crânement à Luther que l'on aurait pu s'épargner le long voyage à Wittenberg, s'il s'agissait seulement de répéter les vieux préjujés. Ce qu'ils enseignaient, à Strasbourg et dans d'autres lieux, cela ressortait clairement de leurs écrits. N'était-il pas plus sensé de croire à leurs affirmations plutot qu'aux calomniateurs et aux coqs de combat, ainsi qu'il y en aurait toujours? Quand à la réfutation éxigée par Luther, on ne craindrait pas de reconnaître des erreurs manifestes. En revanche, jamais l'on ne pourrait renier ce que l'on n'avait pas proclamé: à savoir que, dans la sainte Cène, l'on ne donait à la communauté que du pain et du vin. Bucer qualifia ensuite d'<<affirmation>> les propos de Luther selon lesquels dans la Cène, le corps et le sang du Christ étaient reçus de bouche. Et pour ce qui était des impies, soulignait encore Bucer, ils recevaient, à n'en pas douter, seulement du pain et du vin.
L'état de faiblesse de Luther exigea que l'on interrompe les négociations. A sa demande, on se rencontra à nouveau dans l'après-midi du lendemain seulement. Désormais, le point principalement débattu était la question de savoir si les impies recevaient le Christ, ce qu'affirmait Luther et que contestait Bucer. Bugenhagen résolut la difficulté en reprenant la position de concorde de Bucer en 1535, qui distinguait entre les impies et les indignes. Il fallait assurer que la présence du Christ dans la Cène ne dépendait pas de la foi ou de la dignité de l'homme. Mais quand à savoir si cela valait aussi pour quelqu'un qui ne croyait absolument rien, c'est à dire pour les impies, cette question, en fin de compte, on la laissa en suspens. Par cette formulation, on satisfaisait autant aux intérêts de Luther, lequel souhaiatit maintenir fermement la certitude réconfortante que dans la Sainte Céne, le Christ se tourne réellement vers les consciences éprouvées, qu'à la préoccupation défendue par Bucer, de mettre en avant la communion de l'être humain avec le Christ et la vie nouvelle croyante qui en résultait, au service de l'édification de l'Eglise et de la rénovation du monde.
Ensuite, Luther demanda à chacune des personnes si elle croyait ce qui venait d'être exposé chez lui: à savoir que dans la Sainte Cène, la communauté ne se voit pas seulement présenter du pain et du vin. Tous répondirent par l'affirmative et soulignèrent leur accord avec les formulations de Bucer. Sur ce, Luther et ses partisans se retirèrent afin de discuter brièvement entre eux. Lorsqu'ils revinrent, Luther fit la déclaration suivante: "Honorables Messieurs et frères, nous avons maintenant entendu votre réponse et votre confession à tous, à savoir que vous croyez et enseignez que dans la Sainte Cène, sont donnés et reçus le vrai corps et le vrai sang du Seigneur, et non pas simplement du pain et du vin [...]; vous butez seulement sur les impies, mais vous confessez, comme dit St Paul, que les indignes reçoivent le corps du Seigneur[...]. Nous ne voulons pas nous quereller sur ce sujet. Puisque telle est votre position, nous sommes d'accord, et nous vous reconnaissons et vous accueillons comme nos frères bien-aimés dans le Seigneur, pour ce qui est de cet article de foi". On confia à Melanchthon la tâche de rédiger cet accord
.


Martin Bucer, un Réformateur de son temps;
de Martin Greschat
aux presses universitaires
Pages 147-149
_________________
Chantez à l'Eternel, vous qui l'aimez,
Célébrez par vos louanges Sa Sainteté!
Car sa colère dure un instant,
mais sa grâce toute la vie;
le soir arrivent les pleurs,
et le matin l'allégresse.

Psaume XXX.5-6
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Athanasius

Invité





MessagePosté le: Ven Déc 08, 2006 12:27    Sujet du message: Répondre en citant

N'oublions pas que c'est sur cette base que Bucer a accepté la Confession d'Augsbourg inaltérée en 1536. Laquelle confession fut signée par Calvin en 1538, lors de son séjour à Strasbourg... Mais Bucer était malléable et conciliant(ce qui ne l'a pas empêché de concocter les XXXIX articles anglicans, qui s'opposent à la manducatio impiorum). Donc, pour lui, la Vérité, intelligemment, savait ménager sa place à la Charité.Ce qui n'est pas le cas de tous, hélàs!
Revenir en haut de page
Ours Martin

Modérateur


Inscrit le: 16 Sep 2005
Messages: 289
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Déc 08, 2006 22:22    Sujet du message: Répondre en citant

Alain Rioux a écrit:


Et sinon, on le présente à quelles unions d'églises ce texte?

Code:
S.F.B. et E.R.E.I. pour commencer. Ensuite, toutes les Églises de bonnes volonté!



Alors, là, bonne chance!!! Enfin, bon, ça permettra peut-être à ces deux unions de découvrir que l'autre existe. Ensuite, il faudra trouver un point central entre l'Alsace et les Cévennes...
_________________
L'Ecriture sainte toute entière, du début jusqu'à la fin, indique et montre uniquement le Christ.
Luther.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Augustinus

Consacré !


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 1298
Localisation: Patriarcat Virtuel

MessagePosté le: Ven Déc 08, 2006 23:35    Sujet du message: Répondre en citant

Hem... La Ville des Sacres...? Rolling Eyes Idea Laughing Cool
_________________
Chantez à l'Eternel, vous qui l'aimez,
Célébrez par vos louanges Sa Sainteté!
Car sa colère dure un instant,
mais sa grâce toute la vie;
le soir arrivent les pleurs,
et le matin l'allégresse.

Psaume XXX.5-6
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Ours Martin

Modérateur


Inscrit le: 16 Sep 2005
Messages: 289
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Déc 13, 2006 13:31    Sujet du message: Répondre en citant

Timothée a écrit:
Hem... La Ville des Sacres...? Rolling Eyes Idea Laughing Cool


tu fournis le champagne?
_________________
L'Ecriture sainte toute entière, du début jusqu'à la fin, indique et montre uniquement le Christ.
Luther.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Augustinus

Consacré !


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 1298
Localisation: Patriarcat Virtuel

MessagePosté le: Dim Déc 17, 2006 1:14    Sujet du message: Répondre en citant

Avant d'envisager de sabrer le champagne, il nous faut déjà des noms en bas de l'Accord.
Alors, tu signes...? Rolling Eyes Question Laughing Cool
_________________
Chantez à l'Eternel, vous qui l'aimez,
Célébrez par vos louanges Sa Sainteté!
Car sa colère dure un instant,
mais sa grâce toute la vie;
le soir arrivent les pleurs,
et le matin l'allégresse.

Psaume XXX.5-6
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Calvinius

Administrateur


Inscrit le: 14 Mar 2004
Messages: 377
Localisation: Nîmes

MessagePosté le: Sam Déc 23, 2006 15:51    Sujet du message: Répondre en citant

Les amis, je partage l'avis éclairé de Dallaeus. Il faut être réalistes. Nous sommes sur terre, voyons ! Un texte comme celui-ci ne devrait pas avoir d'autre prétention - a priori - qu'une confession de foi personnelle à laquelle adhère qui veut, même si elle exprime des vérités universelles que je partage évidemment - encore que j'aurais des choses à redire sur la forme, et peut-être même aussi sur le fond, mais je n'y ai pas assez réfléchi j'avoue... Ne le prenez pas mal surtout, car l'intention est bonne, mais beaucoup trop ignorante de la réalité du terrain - ne comptez pas sur les EREI pour adopter tel quel un tel texte déjà « sous copyright»... Même si tout effort visant l'unité de l'Église, sans mettre de côté l'exigence de vérité, doit être salué. Bien à vous.
Et joyeux Noël !
_________________
" Il n'est pas de domaine de la vie des hommes dont le Christ ne puisse dire : "c'est à moi"" (Abraham Kuyper)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Semper Reformanda Index du Forum -> Proposez vos articles ! Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure ( heure d'hiver )
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com